Total

Conseils : Gastro-entérologie

Haut

Entretien avec le Dr J.C. Lienard, secrétaire de l'association professionnelle des gastro-entérologues (2002).

 

Qu’est-ce qu’un gastro-entérologue ? 

Le gastro-entérologue est un spécialiste qui traite toutes les maladies ou troubles fonctionnels (troubles non liés à une maladie organique) du tube digestif de l’œsophage à l’anus y compris les organes annexes : le foie, la vésicule biliaire et le pancréas.

Quelles études pour devenir gastro-entérologue ?

Pour être gastro-entérologue, il faut être porteur d’un diplôme de médecin (4 années) et ensuite, suivre 4 années de spécialisation dans l'internat d'un des centres hospitaliers reconnus pour former les spécialistes en Gastro-Entérologie. 

Etant donné que les maladies gastro-intestinales sont souvent combinées avec d’autres maladies de médecine interne (par ex. maladies rhumatologiques, pneumologiques etc…), l'élève interne passe généralement dans un service de Médecine Interne générale pendant sa formation en gastro-entérologie.

Passe-t-on généralement par son médecin généraliste avant de vous consulter ou par un autre spécialiste ?

On peut considérer que les plaintes digestives sont très fréquentes et amènent très souvent les personnes à consulter leur généraliste en premier lieu. C’est donc le médecin généraliste qui amènera le patient, après consultation, à consulter un gastro-entérologue s’il suspecte une pathologie qui demande des examens complémentaires. 

On ne consultera directement le spécialise qu’en cas de pathologie aiguë telle une hémorragie digestive, des douleurs dans la sphère anale, mais il faudrait d'abord voir son médecin traitant pour pouvoir être remboursé complètement par la sécurité sociale et la mutuelle.

Les médecins spécialistes en pneumologie ou en cardiologie réfèrent des patients au gastro-entérologue lorsque les plaintes énoncées par leur patient font songer à des plaintes cardiaques comme l’angine de poitrine ou pulmonaire comme l’asthme mais que les examens de ces spécialistes sont négatifs et que les plaintes d’origine oesophagienne sont suspectées. Les ORL nous envoient des patients pour bilan de toux chronique qui pourrait provenir d’un reflux d’acide entre l’estomac et l’œsophage.

Les rhumatologues et les dermatologues envoient également des patients au gastro-entérologue lorsqu’ils ont des patients souffrant de pathologies qui pourraient provenir d’une maladie inflammatoire de l’intestin, par exemple la maladie de Crohn.

Quels sont les examens courants pratiqués en gastro-entérologie et en quoi consistent-ils ?

L’examen clinique abdominal et général reste primordial. 

Les endoscopies digestives (œsophage, estomac, duodénum, intestin grêle, côlon) réalisées à l’aide de sondes flexibles renvoyant l’image sur un écran TV, sont les examens techniques les plus courants en gastro-entérologie.

L’examen proctologique (anus-rectum) est le plus pratiqué en consultation avec les toucher rectal et la rectoscopie.

L’échographie abdominale est de plus en plus pratiquée en consultation par le médecin gastro-entérologue et tend à remplacer le « stéthoscope ». 

Y-a-t- il des sous-spécialités en gastro-entérologie ?

En principe, un gastro-entérologue est capable de soigner toutes les maladies gastro-intestinales de par sa formation de spécialiste. Il existe cependant deux sous-spécialités ou pôles d’intérêt particulier en gastro-entérologie. Il s’agit de l’Hépatologie (traitant des maladies du foie comme les hépatites chroniques B et C, cirrhoses …) et de la proctologie qui s’occupe des affections de l’anus et du rectum (hémorroïdes, fissure, abcès).

Perspectives dans le traitement ou le diagnostic des maladies du tube digestif ?

De plus en plus, le rôle du gastro-entérologue est non seulement de traiter les maladies digestives mais également d’éduquer les patients à la prévention de ces mêmes maladies du tube digestif, en particulier aux maladies engendrées par le tabac, l’alcoolisme et une mauvaise alimentation. 

Le gastro-entérologue s’occupera également plus du dépistage des maladies du tube digestif comme le cancer du côlon, en particulier chez certaines catégories de personnes à rique, de mieux en mieux ciblées actuellement. 

Dans les familles où il y a des maladies digestives héréditaires, on peut actuellement par des examens sanguins génétique, rassurer les personnes qui font partie de ces familles à risque en démontrant qu’elles n’ont pas les gènes qui provoqueraient la maladie héréditaire familiale.


Retour au sommaire des conseils de LaSante.net

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ils permettent certaines fonctionnalités comme par exemple la sauvegarde de votre panier. En savoir plus