Total
EfferalganTab 1 g x 8
Les informations aux précautions d'emploi (interactions médicamenteuses, contre-indications, mises en garde spéciales, effets indésirables...) ainsi que la posologie sont détaillées par la notice du médicament.

EfferalganTab 1 g x 8

Médicament - Allopathie

Comprimés pelliculés x 8 Efferalgan

Ce médicament est indiqué en cas de douleur et-ou fièvre (maux de tête, états grippaux, douleurs dentaires, courbatures, règles douloureuses) En savoir +

Référence : 3400936485464
1.59
En stock
Safe payment Paiement 100% sécurisé

L'avis de notre Pharmacien sur l'EfferalganTab

Formulé au dosage de 1 gramme, l'EfferalganTab permet de soulager les douleurs d'intensité moyenne à forte. Cette présentation est destinée aux adultes et enfants de plus de 15 ans et 50 kg à raison d'un comprimé toutes les 6 heures et de maximum 3 comprimés dans la journée. Ce médicament peut être pris indépendamment pendant ou en dehors des repas en espaçant toujours les prises d'au moins 4 heures. 

Si vous suivez un traitement par anticoagulant et que vous prenez du paracétamol aux doses maximales (4 g par 24 heures) pendant au moins 4 jours, une surveillance particulière doit être instaurée. 

Vous pouvez prendre du paracétamol pendant toute la durée de la grossesse et de l'allaitement. 

 

 

 

La douleur, qu'est-ce que c'est ? 

La douleur est avant tout une perception au niveau de notre cerveau. A l'instar d'un signal visuel, olfactif, du toucher... la douleur relève de la transmission d'un signal lors d'une agression externe, d'une lésion ou une modification de l'intégrité physique. C'est bien la perception d'une douleur (intense !) qui sera à l'origine du retrait de notre main sur une casserole bouillante. 

La douleur est ainsi transmise par message nerveux grâce aux nocicepteurs qui représentent une multitude de récepteurs disséminés partout dans notre corps. Ultra rapide, le message est immédiatement interprété par le cerveau et des mesures d'urgence sont prises : retrait de la main, pleurs, cris, examen de la zone atteinte et friction de celle-ci.

D'ailleurs, le fait de se frotter rapidement une zone qui a reçu un choc, permet de désensibiliser les nocicepteurs et de diminuer la transmission de la douleur par ces récepteurs. C'est ce que nous faisons intuitivement quand nous chutons. Le mécanisme d'inhibition est le même lorsque du froid est appliqué sur une zone traumatisée. 

 

 

Douleur aiguë ou douleur chronique ? 

La douleur aiguë apparaît très rapidement après un choc ou une lésion. Elle est de moyenne à forte intensité et relève de l'exposé ci-dessus. Quand la douleur se prolonge dans le temps elle devient alors chronique. Sa transmission est alors facilitée au niveau de messages nerveux. Ainsi, elle pourra s'estomper mais sera susceptible de réapparaître rapidement. On parle de douleur chronique lorsqu'elle perdure plus de 3 mois malgré la prise d'antalgiques. Elle perd alors sa fonction d'urgence. C'est tout à fait ce qui se passe lors d'une hernie discale ou une arthrose par exemple. La douleur joue bien son rôle d'alerte mais elle contraint alors la personne et peut la diminuer physiquement et psychologiquement. 

La douleur chronique requiert une prise en charge qui va donc au-delà de l'administration d'antalgique au long cours et devient une maladie à prendre dans son ensemble avec tous les retentissements sur la qualité de vie qu'elle induit. 

 

Quelle prise en charge pour la douleur ?

De nombreux moyens peuvent être utilisés pour soulager une douleur. La prise en charge devient globale lorsque la douleur tend vers la chronicité. Les moyens utilisés passent donc souvent par la prise d'antalgiques qui agissent directement sur la douleur (avec en chef de file le paracétamol qui sera proposé en première intention). Si les douleurs sont d'origine articulaire ou musculaire la prescription de séances de kinésithérapie peut apporter un réel soulagement également. 

Enfin d'autres moyens peuvent soulager les conséquences psychiques et mentales liées à la présence d'une douleur presque permanente. L'acupuncture, un suivi psychologique, la sophrologie ou l'hypnose constituent des alternatives intéressantes. 

La prise en charge d'une douleur, quelle que soit sa cause, est personnelle est globale. Une méthode qui a montré son efficacité pour une personne n'en fera pas forcément de même pour une autre. Le prise en charge doit à minima rendre la douleur supportable au quotidien afin de maintenir une qualité de vie acceptable par le malade. 

 

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ils permettent certaines fonctionnalités comme par exemple la sauvegarde de votre panier. En savoir plus