Total
Monazol 2% Crème 15 g
Les informations aux précautions d'emploi (interactions médicamenteuses, contre-indications, mises en garde spéciales, effets indésirables...) ainsi que la posologie sont détaillées par la notice du médicament.

Monazol 2% Crème 15 g

Médicament - Allopathie

Crème 15 g Monazol

Ce médicament est un antifongique, de la famille des imidazolés, préconisé dans le traitement des mycoses cutanéo-muqueuses à Candida et à dermatophytes. En savoir +

Référence : 3400934912405
3.55
Safe payment Paiement 100% sécurisé
Information

En ajoutant ce produit vous rallongez de 24h la livraison de votre commande

L'avis de notre Pharmacien sur le Monazol en crème 

Le Monazol est indiqué pour soulager les mycoses génitales. Les mycoses vaginales sont très fréquentes chez les femmes. ON estimé que 3 femmes/4 connaissent un épisode dans leur vie. Les mycoses sont le plus souvent liées à une prolifération de Candida albicans. Vous pouvez donc, sans ordonnance, traiter rapidement et efficacement une mycose génitale par l'application d'un anti-fongique. 

Quand les lésions sont externes, au niveau des lèvres et de la vulve, avec des rougeurs, démanegaisons, brûlures lors de la miction (émission des urines) ou des rapports, je vous conseille donc d'appliquer la crème Monazol 2 fois par jour. Veillez à faire une toilette avec un produit adapté, à porter des vêtements en coton et amples et bien vous essuyer avec une serviette de toilette personnelle. 

Appliquez la crème généreusement sur la zone intime : sur les lèvres, la vulve et en débordant sur les zones saines. Si vous présentez également des pertes différentes, plus odorantes et d'une couleur inhabituelle, je vous conseille d'associer l'application d'un ovule le soir au coucher en prise unique (à éventuellement renouveler une semaine plus tard). 

Ne dépassez pas 5 jours de traitement. Si les symptômes persistent après 3 jours d'application, si les douleurs deviennent fortes ou si les pertes sont très odorantes, consultez votre médecin ou demandez conseil à votre pharmacien. 

 

 

 

 

Quels sont les symptômes et les facteurs de risque d'une mycose vaginale ? 

Le tableau clinique est souvent le même, des démangeaisons intimes apparaissent au niveau vulvaire. Une irritation et des brûlures vaginales peuvent survenir. Un écoulement blanchâtre est émis au niveau du vagin et des douleurs sont susceptibles d'apparaître lors de la miction (émission des urines) ou pendant les rapports sexuels. 

Il existe quelques facteurs de risque bien connus qui, une fois identifié, peuvent être corrigés afin de limiter la survenue des mycoses :

- La macération liée au port de vêtements trop serrés, humides (maillot de bain porté après la baignade) ou en tissus synthétiques

- Un défaut ou un excès d'hygiène peut également mener à des mycoses vaginales à répétition. Il est en effet conseillé de pratiquer une toilette intime 1 à 2 fois par jour, pas plus ! Les douches vaginales sont déconseillées, elles peuvent provoquer un déséquilibre au niveau de la flore vaginale. 

- Certains traitements antibiotiques à large spectre peuvent également déséquilibrer la flore vaginale. 

- La présence d'un diabète, le port d'un stérilet ou une grossesse (avec les fluctuations hormonales engendrées). 

 

Comment prendre en charge globalement une mycose ?

La prise en charge repose essentiellement sur la prise d'un traitement antifongique par voie locale. Ainsi, l'application d'une crème est conseillée pour soulager les désordres externes (au niveau de la vulve et des lèvres) et l'application de capsule su d'ovules vaginaux complètent l'action au niveau interne en étant appliqué au fond du vagin. La crème et les capsules peuvent être utilisées en association ou ensemble. 

En plus de ce traitement, il est important d'utiliser un savon adapté. Il faut ainsi privilégier un savon au pH alcalin (Hydralin Gyn) qui sera à utiliser ponctuellement (pendant 2 semaines). 

De plus il est important de porter des sous vêtements en coton pendant toute la durée du traitement, ne pas porter de vêtements trop serrés au niveau de l'entre jambe et éviter les strings. Le traitement peut tout à fait être instauré pendant la période des règles. Si tel est le cas, je conseille de changer le plus régulièrement possible les serviettes hygiéniques et d'éviter les tampons. Pour les rapports, utilisez un lubrifiant intime pour limiter les irritations et attendez d'avoir complètement terminé le traitement pour reprendre une activité sexuelle. Les contraceptifs spermicides peuvent déséquilibrer la flore vaginale. 

Je conseille aussi la prise de probiotiques avec un tropisme vaginal. Ils permettent de rééquilibrer la flore vaginale et de limiter ainsi les risques de récidives des mycoses. Les probiotiques comme le Lactibiane Cnd 10M sont à prendre aussi pendant un traitement antibiotique mais à distance de celui-ci. 

 

Agir en prévention

Quelques pistes ont déjà été évoquée à travers les quelques lignes précédentes. Je rajoute quelques conseils pour limiter les facteurs de risque et prévenir les récidives. 

- Urinez après les rapports sexuels

- Essuyez-vous d'avant en arrière 

- Utilisez un savon adapté pour la toilette intime. 

- N'utilisez pas de déodorant ou de parfum au niveau de la muqueuse vaginale 

- N'utilisez pas de protège slips tous les jours ou au quotidien, ils ont tendance à assécher la muqueuse vaginale et favoriser les mycoses 

- Portez des vêtements amples et de préférence en coton

- Changez régulièrement de serviettes hygiéniques ou tampons pendant la période des règles  

- Si vous souffrez de démangeaisons au niveau intime, il peut s'agir d'une sécheresse intime qui provoque, comme une mycose, des démangeaisons, une sensation d'irritation et des douleurs au moment de rapports sexuels. Utilisez alors un lubrifiant intime. 

- Faites des cures régulières de probiotiques spécialement formulés pour la flore vaginale : Lactibiane Cnd 5 MGynophilus LPMedigyne

 

Quand consulter son médecin ?

Si vous présentez de la fièvre, si les pertes et glaires vaginales sont verdâtres, très odorantes, si la douleur est importante, s'il s'agit du 4ème épisode de l'année ou si malgré le traitement instauré, les symptômes persistent, je vous conseille de consulter votre médecin rapidement. 

 

 

 

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ils permettent certaines fonctionnalités comme par exemple la sauvegarde de votre panier. En savoir plus