Total
Les informations aux précautions d'emploi (interactions médicamenteuses, contre-indications, mises en garde spéciales, effets indésirables...) ainsi que la posologie sont détaillées par la notice du médicament.

Diosmine Biogaran 600 mg x 30

Médicament - Allopathie

Comprimés x 30 Biogaran

Ce médicament est préconisé dans le traitement des troubles de la circulation veino-lymphatique (jambes lourdes) et des hémorroïdes. En savoir +

Référence : 3400935618160
3.99
En stock
Safe payment Paiement 100% sécurisé

L'avis de notre Pharmacien sur Diosmine Biogaran

La Diosmine est utilisée pour son action protectrice et tonifiante des veines. Elle est donc conseillée dans le soulagement des jambes lourdes, à raison d’un comprimé par jour en continue, et dans le traitement des crises hémorroïdaires. Pour les soulager, il est conseillé de prendre 1 comprimé 3 fois par jour au moment des repas pendant environ 5 jours. Afin d’éviter une récidive, nous vous conseillons de poursuivre le traitement à raison de 2 comprimés par jour pendant 10 jours puis 1 comprimé par jour en continue. C'est à cette même posologie que la Diosmine est conseillée pour soulager les jambes lourdes. 

Si les symptômes persistent ou s'aggravent, consultez votre médecin ou demandez conseil à votre pharmacien. 

 

 
 

 

Qu'est-ce que l'insuffisance veineuse ? 

Les veines sont les vaisseaux responsables du retour du sang des extrémités vers le cœur. Afin d’assurer correctement leur fonction, elles doivent être toniques et suffisamment résistantes. L’l’insuffisance veineuse définit donc une diminution de cette tonicité et de cette résistance. Les veines n’assurent plus correctement leur fonction : elles vont se dilater et le sang va avoir tendance à stagner.

Les hémorroïdes sont les veines situées au niveau de la zone anale. Il existe deux réseaux de veines, externes entre la peau et le sphincter et internes avant le sphincter. Dans la crise hémorroïdaire les hémorroïdes internes vont glisser vers le bas et s’extérioriser formant des sortes de petites boules de muqueuse, qui parfois peuvent saigner (on parle de prolapsus hémorroïdaire). Les hémorroïdes externes vont elles se dilater de façon excessive, favorisant la stase du sang avec formation de caillots. C’est là que la douleur survient, avec démangeaisons et sensation de brûlure.

La prévention va donc être double : diminuer la pression sur les veines et renforcer le tonus veineux.

Il est donc important de réguler le transit intestinal, la défécation favorisant le déclenchement de crises. On proposera donc une adaptation de l’alimentation, et une hydratation suffisante, soit au moins 1.5 L d’eau par jour. N’oubliez pas non plus d’avoir une activité physique régulière (marche 1/2 h par jour).

Dans les troubles du transit récurrents, il peut être utile de penser à réparer la barrière intestinale et nourrir la flore. Pour restaurer la perméabilité de la barrière intestinale, on va conseiller des acides aminées type glutamine (NHCO L-Glutamine) et adénosine (Atepadene 30 mg). Pour nourrir la flore, on apportera des probiotiques en cure de 10 jour par mois : PiLeJe Lactibiane Référence Gélules, Symbiosys Alflorex Gélules. Ces conseils seront à adapter individuellement, car nous répondons tous différemment et parfois ces complémentations vont elles-mêmes être responsables de troubles du transit...

Si les crises surviennent fréquemment, on pourra utiliser un veinotonique comme la Diosmine en continue, à raison d’1 comprimé par jour.

 

Comment traiter la crise hémorroïdaire ?

Lorsque la crise survient, afin de soulager la douleur, diminuer le prurit et faciliter la défécation, nous vous conseillons d’appliquer localement une pommade anti-inflammatoire et anesthésiante : Sédorrhoïde crème crise hémorroïdaire, Titanoréïne à la Lidocaïne 2%.

Vous pourrez avoir en parallèle recours à un traitement pour réguler votre transit avec des laxatifs doux, type Lactulose, en cas de constipation.

L’application de froid (gant passée sous l’eau très froide ou empli de glaçons), va permettre une contraction des veines et la réduction de la taille de l’hémorroïde qui peut alors être replacée doucement à l’intérieur de la marge anale.

Enfin, vous pourrez bien sûr prendre un peu de paracétamol par voie orale pour soulager la douleur.

Attention, pensez à consulter en cas de saignements, de douleurs trop intenses ou d’une fréquence d’apparition importante.

 

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ils permettent certaines fonctionnalités comme par exemple la sauvegarde de votre panier. En savoir plus