Troubles veineux

Les veines sont les vaisseaux sanguins qui sont chargés de ramener le sang des organes vers le cœur, c’est ce qu’on nomme le retour veineux. Elles forment avec les artères qui véhiculent le sang du cœur aux organes notre système vasculaire sanguin.

Les veines ont un fonctionnement qui leur est propre. En effet, il n’y a plus la pression produite par le cœur pour faire circuler le sang, et elles doivent faire en sorte que le sang puisse remonter des pieds vers le cœur, donc lutter contre la gravité. Pour cela, les veines sont plus élastiques que les artères pour pouvoir contenir plus de sang. Ce sang est ensuite poussé par les mouvements du corps comme la contraction des muscles ou le contact du pied sur le sol lors de la marche. C’est ce qu’on nomme la pompe musculaire. Et pour s’assurer que le sang va bien dans la direction du cœur, les veines possèdent des valvules.

Il existe deux troubles d’origine veineuse qui sont très souvent rencontrés : les hémorroïdes et les « jambes lourdes ».

Les hémorroïdes sont des petites veines au niveau de la région anale qui sont abîmées après avoir été trop distendues. Lorsque quelqu’un va à la selle, ses veines se gonflent normalement pour reprendre leur aspect normal ensuite. Une hémorroïde peut se former à l’intérieur ou à l’extérieur de l’ampoule anale et elle peut démanger voire être très douloureuse. Les hémorroïdes sont aussi connues pour saigner. Dans les cas les plus graves, une hémorroïde interne importante peut passer le sphincter anal et rester bloquée à l’extérieur. Il s’agit là d’une urgence.
« Jambes lourdes » est une expression française qui sert à désigner un mauvais retour veineux. En effet, les veines ne sont plus aussi élastiques ou les valvules n’assurent plus autant leur rôle. Le retour du sang se fait plus lentement et moins efficacement, ce qui peut provoquer une sensation de lourdeur dans les jambes, des démangeaisons. Le sang peut même stagner dans certaines veines et créer des varices.

Etant des atteintes veineuses, ces deux pathologies sont en partie traitées par une classe de produits nommée des veinotoniques. Ces produits augmentent la résistance des parois des veines ce qui les aide à mieux gérer l’afflux sanguin. Ces produits sont aussi souvent vasculoprotecteurs, c’est-à-dire qu’ils augmentent la résistance des vaisseaux sanguins. Le Daflon et la Diosmine sont les chefs de file dans ce domaine. Plusieurs produits à base de plantes comme la vigne rouge ou le marronnier d’Inde sont aussi connus pour leur action bénéfique sur les veines.
L’autre partie du traitement des jambes lourdes repose sur le port de contention médicale. Ce sont des collants, des bas ou des chaussettes qui vont comprimer la jambe, jouant un rôle similaire à celui de la pompe musculaire.
L’autre partie du traitement des hémorroïdes repose sur des crèmes ou suppositoires qui vont calmer les démangeaisons et la douleur. Certaines formes peuvent contenir un anesthésique local. Les deux gammes les plus connues sont Sédorrhoïde et Titanoréïne.
Total
Affinez votre recherche
Mode d'administration :
Est un générique ?
Troubles veineux Les veines sont les vaisseaux sanguins qui sont chargés de ramener le sang des organes vers le cœur, c’est ce qu’on nomme le retour veineux. Elles forment avec les artères qui véhiculent le sang du cœur aux organes notre système vasculaire sanguin. *** Les veines ont un fonctionnement qui leur est propre. En effet, il n’y a plus la pression produite par le cœur pour faire circuler le sang, et elles doivent faire en sorte que le sang puisse remonter des pieds vers le cœur, donc lutter contre la gravité. Pour cela, les veines sont plus élastiques que les artères pour pouvoir contenir plus de sang. Ce sang est ensuite poussé par les mouvements du corps comme la contraction des muscles ou le contact du pied sur le sol lors de la marche. C’est ce qu’on nomme la pompe musculaire. Et pour s’assurer que le sang va bien dans la direction du cœur, les veines possèdent des valvules. Il existe deux troubles d’origine veineuse qui sont très souvent rencontrés : les hémorroïdes et les « jambes lourdes ». Les hémorroïdes sont des petites veines au niveau de la région anale qui sont abîmées après avoir été trop distendues. Lorsque quelqu’un va à la selle, ses veines se gonflent normalement pour reprendre leur aspect normal ensuite. Une hémorroïde peut se former à l’intérieur ou à l’extérieur de l’ampoule anale et elle peut démanger voire être très douloureuse. Les hémorroïdes sont aussi connues pour saigner. Dans les cas les plus graves, une hémorroïde interne importante peut passer le sphincter anal et rester bloquée à l’extérieur. Il s’agit là d’une urgence. « Jambes lourdes » est une expression française qui sert à désigner un mauvais retour veineux. En effet, les veines ne sont plus aussi élastiques ou les valvules n’assurent plus autant leur rôle. Le retour du sang se fait plus lentement et moins efficacement, ce qui peut provoquer une sensation de lourdeur dans les jambes, des démangeaisons. Le sang peut même stagner dans certaines veines et créer des varices. Etant des atteintes veineuses, ces deux pathologies sont en partie traitées par une classe de produits nommée des veinotoniques. Ces produits augmentent la résistance des parois des veines ce qui les aide à mieux gérer l’afflux sanguin. Ces produits sont aussi souvent vasculoprotecteurs, c’est-à-dire qu’ils augmentent la résistance des vaisseaux sanguins. Le Daflon et la Diosmine sont les chefs de file dans ce domaine. Plusieurs produits à base de plantes comme la vigne rouge ou le marronnier d’Inde sont aussi connus pour leur action bénéfique sur les veines. L’autre partie du traitement des jambes lourdes repose sur le port de contention médicale. Ce sont des collants, des bas ou des chaussettes qui vont comprimer la jambe, jouant un rôle similaire à celui de la pompe musculaire. L’autre partie du traitement des hémorroïdes repose sur des crèmes ou suppositoires qui vont calmer les démangeaisons et la douleur. Certaines formes peuvent contenir un anesthésique local. Les deux gammes les plus connues sont Sédorrhoïde et Titanoréïne.

De A à Z