Conseils : Ongles incarnés

Haut

L’ongle incarné est provoqué par un fragment d’ongle qui pénètre dans la chair et provoque une inflammation et des douleurs. Une simple pression sur la zone provoque une douleur importante et une rougeur accompagnée d'un bourrelet de chair peut apparaître, risquant de s'infecter.

Les facteurs responsables des ongles incarnés sont nombreux, variés et parfois associés entre eux :

  • Prédisposition familiale, chaussage inadapté
  • Soins de pédicure inadéquate (ongles coupés dans les coins)
  • Prise de médicaments
  • Modifications osseuses secondaires à l’arthrose
  • Excroissance qui se développe sous l’ongle

Au sommaire :

Symptômes

  • Ongle qui rentre dans la chair (incarnation proprement dite).
  • Douleur, rougeur et gonflement qui précède parfois l’infection avec formation d’un panaris ou d’un érysipèle (infection de la peau due à un streptocoque).
  • Epaississement d’un bourrelet de chair sur le bord d’un ongle et excroissance de chair rouge.

L’examen par un médecin expérimenté est suffisant pour faire le diagnostic d’ongle incarné.

Quels sont les sujets à risques d’avoir des ongles incarnés ?

Les nourrissons et les petits-enfants peuvent présenter des ongles incarnés. Les adolescents et les adultes développent l’ongle incarné habituel, que l’on appelle ongle incarné juvénile. Les séniors développent les ongles en pince : ils présentent une courbure très importante.

Comment se soigner ?

Quel traitement prendre ?

Chez les nourrissons et les petits-enfants 

L’hypertrophie (excès de volume) des bourrelets latéraux régresse toute seule et ne nécessite en général aucun traitement. 

La malformation congénitale du gros orteil s’améliore souvent avec l’âge mais l’ongle peut chuter à chaque fois qu’il repousse, ou rester dévié, ondulé et épaissit. Il est nécessaire de demander un avis spécialisé pour connaître le traitement le plus adapté au cas de votre enfant. 

Chez les adolescents et les séniors

Traitement préventif : éviter de couper les ongles dans les coins quand cela est possible, faire des soins antiseptiques adaptés dès l’apparition d’une inflammation. Faire des soins de pédicurie adaptée en dehors des périodes de poussée. Utiliser des chaussures suffisamment larges. 

Traitement curatif : traitement antibiotique et antiseptique (bains de pieds avec un antiseptique à base de chlorhexidine par exemple). Certains pédicures posent des pinces métalliques (orthonyxie) ou des bagues de résine pour tenter de "désincarner" l’ongle au moins temporairement.

Ducray Diaseptyl 0,5% 125 ml
Asept Apaisyl Spray 100 ml

Les interventions chirurgicales définitives

Une intervention chirurgicale est souvent nécessaire en cas de récidives fréquentes. 

Intervention classique 

Après une anesthésie locale à la base de l’orteil et la mise en place d’un petit garrot, le médecin coupe chirurgicalement un croissant de chair sur le côté de l’ongle, celui-ci comporte le côté de l’ongle et sa racine. La mise en place de points de sutures est nécessaire pour refermer la plaie. 

Inconvénients : douleurs importantes après l’intervention, nécessité d’un arrêt de travail de plusieurs jours, échec de la procédure trois à cinq fois sur cent. 

Intervention au Laser CO2 

Après une anesthésie locale à la base de l’orteil et la mise en place d’un petit garrot, le médecin coupe la languette d’ongle qui rentre dans la chair. Il coupe chirurgicalement la chair de la base de l’ongle pour accéder à la matrice et détruit définitivement la racine qui fabrique la portion d’ongle qui s’incarne par photo-coagulation au laser. La mise en place de points de sutures est nécessaire pour refermer la plaie. 

Inconvénients : douleurs après l’intervention provoquées par la plaie, cicatrice. 

Intervention au phénol

Après une anesthésie locale à la base de l’orteil et la mise en place d’un garrot de doigt, le médecin coupe la languette d’ongle qui rentre dans la chair et détruit définitivement la racine qui fabrique la portion d’ongle qui s’incarne par une application de phénol. 

Avantages : technique réalisée au cabinet du médecin sous anesthésie locale, peu ou pas de douleur après l’intervention, pas d’arrêt de travail, aucune cicatrice visible. 

Inconvénients : l’échec de la procédure deux à trois fois sur cent. 

Ongle incarné juvénile :

Ongle incarné après une intervention au phénol :

Questions fréquentes sur les ongles incarnés

Peut-ont éviter l’intervention quand on a des ongles incarnés ?

Les soins de podologie permettent souvent d’éviter l’intervention pendant plusieurs années. Les ongles incarnés des nourrissons s’améliorent souvent avec le temps.  

Quand faut-il décider de se faire opérer ? 

La survenue d’une infection, d’une excroissance charnue (bourgeon charnu) ou de douleurs que les soins de podologie ne peuvent faire passer indiquent la nécessité d’une intervention. 

Avec l'aide du Docteur Philippe Abimelec, dermatologue.


Retour au sommaire des conseils de LaSante.net