Hémorroïdes

Les hémorroïdes sont une maladie de la circulation sanguine. C’est une atteinte qui touche les veines situées au niveau de l’anus et du rectum. C’est une atteinte extrêmement courante comme on estime qu’environ 30% de la population ont souffert d’hémorroïdes à un moment ou un autre, avec plus de 50% après 50 ans. La crise hémorroïdaire ne représente pas quelque chose de grave mais cela peut être douloureux mais aussi gênant.

Il faut savoir que lors de la défécation, les veines de la zone anale gonflent naturellement. Il s’agit d’un gonflement léger qui se résorbe par la suite. L’élasticité de la paroi des vaisseaux permet de supporter ces déformations, puis de revenir à la normale ensuite. En ce qui concerne les hémorroïdes, la paroi n’est plus capable d’assurer une bonne remise en forme des veines à cause des soucis de pressions sanguine ou parce que la paroi ne fonctionne plus correctement.

On connait de nombreux facteurs de risque pour cette maladie hémorroïdaire. Le premier d’entre eux est la constipation. En devant pousser fort comme les selles sont dures à évacuer, on augmente fortement la pression dans la zone anale, ce qui peut à la longue endommager les vaisseaux. La grossesse et l’âge sont aussi des facteurs aggravants. La sédentarité et un mauvais régime alimentaire, pauvre en fibre et riche en gras, sont aussi des facteurs qui influent directement sur la survenue de crises hémorroïdaires. On peut comprendre pourquoi c’est une pathologie si courante.

Les symptômes associés aux hémorroïdes sont le plus souvent une forte démangeaison voir une douleur à l’endroit où le vaisseau est endommagé. La zone atteinte peut aussi enfler et quelque fois saigner. C’est d’ailleurs une des premières causes de saignement lors des selles. Il s’agit d’un sang bien rouge vif. Une hémorroïde peut se manifester à l’extérieur au niveau du sphincter anal, auquel cas elle est visible et palpable. Mais elle peut aussi se manifester dans l’ampoule anale, auquel cas il y a souvent une sensation de gonflement à l’intérieur. On parle d’hémorroïdes externes ou internes. Il faut aussi savoir que si elles sont proches de l’anus ou si elles sont importantes, des hémorroïdes internes peuvent s’extérioriser, généralement lors de la défécation. Ces derniers reviennent à l’intérieur d’elles même ou peuvent être replacées. Mais dans certains cas, elles restent extériorisées, ce qui est déjà plus grave.

La prévention est importante pour les hémorroïdes. Bien manger, boire suffisamment et pratiquer une activité physique adaptée (pas une activité de charge ou de selle) sont importants pour assurer une bonne santé vasculaire, lutter contre la constipation et la sédentarité. Si une crise est déclenchée, des laxatifs doux comme le Lactulose ou le Normacol qui ramollissent les selles sont utiles pour que la défécation se passe le plus doucement possible. On peut lutter contre la douleur avec des antalgiques par voie orale, mais on préfèrera le paracétamol (aspirine et ibuprofène) à cause du risque hémorragique de ces derniers. Il existe sinon des crèmes et des suppositoires spécifiques aux hémorroïdes qui sont là pour apaiser les démangeaisons et la douleur, contenant parfois même un anesthésique. On peut citer les gammes Sédorrhoïde et Titanoréïne. Il est aussi conseillé de prendre des vasculoprotecteurs comme le Daflon ou la Diosmine afin de protéger et réparer les vaisseaux sanguins atteints de cette zone.
Total


Chargement...

Hémorroïdes Les hémorroïdes sont une maladie de la circulation sanguine. C’est une atteinte qui touche les veines situées au niveau de l’anus et du rectum. C’est une atteinte extrêmement courante comme on estime qu’environ 30% de la population ont souffert d’hémorroïdes à un moment ou un autre, avec plus de 50% après 50 ans. La crise hémorroïdaire ne représente pas quelque chose de grave mais cela peut être douloureux mais aussi gênant. *** Il faut savoir que lors de la défécation, les veines de la zone anale gonflent naturellement. Il s’agit d’un gonflement léger qui se résorbe par la suite. L’élasticité de la paroi des vaisseaux permet de supporter ces déformations, puis de revenir à la normale ensuite. En ce qui concerne les hémorroïdes, la paroi n’est plus capable d’assurer une bonne remise en forme des veines à cause des soucis de pressions sanguine ou parce que la paroi ne fonctionne plus correctement. On connait de nombreux facteurs de risque pour cette maladie hémorroïdaire. Le premier d’entre eux est la constipation. En devant pousser fort comme les selles sont dures à évacuer, on augmente fortement la pression dans la zone anale, ce qui peut à la longue endommager les vaisseaux. La grossesse et l’âge sont aussi des facteurs aggravants. La sédentarité et un mauvais régime alimentaire, pauvre en fibre et riche en gras, sont aussi des facteurs qui influent directement sur la survenue de crises hémorroïdaires. On peut comprendre pourquoi c’est une pathologie si courante. Les symptômes associés aux hémorroïdes sont le plus souvent une forte démangeaison voir une douleur à l’endroit où le vaisseau est endommagé. La zone atteinte peut aussi enfler et quelque fois saigner. C’est d’ailleurs une des premières causes de saignement lors des selles. Il s’agit d’un sang bien rouge vif. Une hémorroïde peut se manifester à l’extérieur au niveau du sphincter anal, auquel cas elle est visible et palpable. Mais elle peut aussi se manifester dans l’ampoule anale, auquel cas il y a souvent une sensation de gonflement à l’intérieur. On parle d’hémorroïdes externes ou internes. Il faut aussi savoir que si elles sont proches de l’anus ou si elles sont importantes, des hémorroïdes internes peuvent s’extérioriser, généralement lors de la défécation. Ces derniers reviennent à l’intérieur d’elles même ou peuvent être replacées. Mais dans certains cas, elles restent extériorisées, ce qui est déjà plus grave. La prévention est importante pour les hémorroïdes. Bien manger, boire suffisamment et pratiquer une activité physique adaptée (pas une activité de charge ou de selle) sont importants pour assurer une bonne santé vasculaire, lutter contre la constipation et la sédentarité. Si une crise est déclenchée, des laxatifs doux comme le Lactulose ou le Normacol qui ramollissent les selles sont utiles pour que la défécation se passe le plus doucement possible. On peut lutter contre la douleur avec des antalgiques par voie orale, mais on préfèrera le paracétamol (aspirine et ibuprofène) à cause du risque hémorragique de ces derniers. Il existe sinon des crèmes et des suppositoires spécifiques aux hémorroïdes qui sont là pour apaiser les démangeaisons et la douleur, contenant parfois même un anesthésique. On peut citer les gammes Sédorrhoïde et Titanoréïne. Il est aussi conseillé de prendre des vasculoprotecteurs comme le Daflon ou la Diosmine afin de protéger et réparer les vaisseaux sanguins atteints de cette zone.

De A à Z