Acidité et reflux

Qu'est ce que le reflux gastro-oesophagien ?


Le reflux gastro-oesophagien, appelé également RGO, correspond au passage du contenu gastrique acide vers l'oesophage. Le RGO est le résultat d'une défaillance de la barrière anti-reflux que constitue le sphincter intérieur de l'oesophage, au niveau de la jonction oesophage-estomac. Ce reflux gastrique est favorisé lors de certaines pathologies, en cas d'hernie hiatale, ou lors d'un ralentissement de la vidange gastrique. La présence d'acide dans l'oesophage peut induire des symptômes digestifs, des lésions de l'oesophage, ou une bronchoconstriction, responsable de symptômes respiratoires.

Les symptômes du reflux gastro-oesophagien


Le symptôme caractéristique du reflux gastro-oesophagien est le pyrosis (sensation de brûlures partant de l'estomac et qui remonte vers la bouche, avec une régurgitation acide), qui concerne jusqu'à 45 % des adultes subissant au moins un reflux gastro-œsophagien par mois. D'autres symptômes digestifs peuvent apparaître, comme des douleurs de l'estomac, des nausées ou un hoquet. D'autres symptômes non digestifs sont également parfois présents, et peuvent être la seule manifestation du RGO, comme un asthme ou une toux chronique. Le reflux gastro-oesophagien peut aussi se caractériser par des douleurs au niveau du thorax, ou par la survenue de troubles ORL chez l'enfant.

Les médicaments du reflux gastro-oesophagien


Les antiacides et alginates


Les médicaments antiacides sont des associations de sels de magnésium et d'aluminium, qui agissent en neutralisant l'acidité des sécrétions de l'estomac, notamment en agissant sur l'acide chlorhydrique. Les médicaments antiacides ne sont pas efficaces sur les lésions au niveau de l'œsophage, mais ils exercent un effet locale gastrique et réduisent les symptômes de sensation de brûlures dans l'estomac. Les antiacides ont une durée d'action de 30 minutes à une heure, pratiques pour une utilisation occasionnelle. En cas de symptômes de reflux gastriques légers, avec des remontées acides non douloureuses, ces médicaments sont à prendre 90 minutes après le début des repas, et si besoin au moment du coucher. Les antiacides réduisent l'absorption de certains médicaments, il est donc indispensable de les prendre à distance de tout autre traitement, avec un intervalle d'au moins deux heures. Ces traitements ne sont pas dénués d'effets indésirables, en effet les antiacides à base d'aluminium utilisés en excès en cas de traitement prolongé peuvent conduire à terme à des problèmes de santé graves, et provoquer une encéphalopathie (en particulier chez patients atteints d'insuffisance rénale). Toute automédication doit donc être surveillée par le médecin traitant.
Les alginates sont des médicaments formant un gel visqueux au niveau du contenu gastrique. Ces médicaments jouent un rôle de barrière physique et protègent l'œsophage en cas de reflux. Les alginates agissent sur les symptômes des remontées acides, mais pas sur l'inflammation ni les douleurs de l'œsophage. Cependant certaines associations d'un antiacide avec un alginate, comme le médicament Gaviscon, aident au contrôle du RGO quand celui-ci reste modéré. Pour une efficacité complète du médicament, celui-ci doit être pris après le repas.

Les antisécrétoires gastriques


Ces médicaments font partie de la prise en charge thérapeutique du RGO quand celui-ci devient fréquent, s'accompagne de douleurs, et augmente en sévérité. Un traitement par antisécrétoire gastrique est initié par le médecin traitant ou par un gastro-entérologue. Cette famille de médicaments se compose des anti-H2 et des Inhibiteurs de la pompe à protons, ou IPP. Les anti H2 agissent au niveau des récepteurs à l'histamine, et ils stoppent la sécrétion acide en se fixant aux récepteurs H2 de la cellule gastrique. Ces traitements sont efficaces sur les symptômes du reflux gastrique, mais la cicatrisation de la muqueuse de l'œsophage peut rester incomplète malgré le traitement.
Les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP), bloquent la pompe H+/K+ATPase de la cellule pariétale de l'estomac, pendant 24 heures. Les IPP sont plus efficace que les anti H2, en particulier dans le traitement des inflammations de l'œsophage sévères, et permettent ainsi une meilleure cicatrisation de la muqueuse œsophagienne. Les symptômes et notamment les brûlures de l'estomac sont également soulagés par l'utilisation des IPP. Autre bénéfice, l'efficacité des inhibiteurs de la pompe à protons se maintient dans le temps, et s'utilise donc en entretien du RGO. Il existe différentes spécialités et molécules d'inhibiteurs à protons, notamment l'oméprazole (Mopral°) ou l'esoméprazole (Inexium). Les effets indésirables les plus fréquents des inhibiteurs de la pompe à protons sont les nausées, les ballonnements et les maux de têtes. Ces effets secondaires sont généralement temporaires et disparaissent au cours du traitement.

Conseils et alimentation


De bonnes habitudes peuvent soulagées les remontées acides et les symptômes de brûlures gastriques : surélever la tête du lit, patientez au moins trois heures après les repas avant le coucher, évitez le port de vêtements serrés. Ces habitudes réduisent le risque de RGO. Certaines règles alimentaires améliorent la qualité de vie et les symptômes du reflux gastrique. Il est important de réduire les aliments qui ralentissent la vidange gastrique, notamment les graisses et l'alcool. Afin de réduire l'acidité, limitez la consommation d'aliments acides comme les agrumes ou les tomates, les plats aux épices ou les boissons gazeuses, qui provoquent des ballonnements. Certains aliments comme le café ou le chocolat peuvent accentués les symptômes du reflux gastro-œsophagien. D'autres facteurs peuvent contribuer à stimuler un RGO, comme le stress ou le tabac,.
Total
Cliquez ici pour découvrir notre calendrier de l'Avent : du 1er au 24 décembre, un jour = une surprise !


Chargement...

Acidité et reflux

Qu'est ce que le reflux gastro-oesophagien ?

Le reflux gastro-oesophagien, appelé également RGO, correspond au passage du contenu gastrique acide vers l'oesophage. Le RGO est le résultat d'une défaillance de la barrière anti-reflux que constitue le sphincter intérieur de l'oesophage, au niveau de la jonction oesophage-estomac. Ce reflux gastrique est favorisé lors de certaines pathologies, en cas d'hernie hiatale, ou lors d'un ralentissement de la vidange gastrique. La présence d'acide dans l'oesophage peut induire des symptômes digestifs, des lésions de l'oesophage, ou une bronchoconstriction, responsable de symptômes respiratoires.

Les symptômes du reflux gastro-oesophagien

Le symptôme caractéristique du reflux gastro-oesophagien est le pyrosis (sensation de brûlures partant de l'estomac et qui remonte vers la bouche, avec une régurgitation acide), qui concerne jusqu'à 45 % des adultes subissant au moins un reflux gastro-œsophagien par mois. D'autres symptômes digestifs peuvent apparaître, comme des douleurs de l'estomac, des nausées ou un hoquet. D'autres symptômes non digestifs sont également parfois présents, et peuvent être la seule manifestation du RGO, comme un asthme ou une toux chronique. Le reflux gastro-oesophagien peut aussi se caractériser par des douleurs au niveau du thorax, ou par la survenue de troubles ORL chez l'enfant.

Les médicaments du reflux gastro-oesophagien

Les antiacides et alginates

Les médicaments antiacides sont des associations de sels de magnésium et d'aluminium, qui agissent en neutralisant l'acidité des sécrétions de l'estomac, notamment en agissant sur l'acide chlorhydrique. Les médicaments antiacides ne sont pas efficaces sur les lésions au niveau de l'œsophage, mais ils exercent un effet locale gastrique et réduisent les symptômes de sensation de brûlures dans l'estomac. Les antiacides ont une durée d'action de 30 minutes à une heure, pratiques pour une utilisation occasionnelle. En cas de symptômes de reflux gastriques légers, avec des remontées acides non douloureuses, ces médicaments sont à prendre 90 minutes après le début des repas, et si besoin au moment du coucher. Les antiacides réduisent l'absorption de certains médicaments, il est donc indispensable de les prendre à distance de tout autre traitement, avec un intervalle d'au moins deux heures. Ces traitements ne sont pas dénués d'effets indésirables, en effet les antiacides à base d'aluminium utilisés en excès en cas de traitement prolongé peuvent conduire à terme à des problèmes de santé graves, et provoquer une encéphalopathie (en particulier chez patients atteints d'insuffisance rénale). Toute automédication doit donc être surveillée par le médecin traitant. Les alginates sont des médicaments formant un gel visqueux au niveau du contenu gastrique. Ces médicaments jouent un rôle de barrière physique et protègent l'œsophage en cas de reflux. Les alginates agissent sur les symptômes des remontées acides, mais pas sur l'inflammation ni les douleurs de l'œsophage. Cependant certaines associations d'un antiacide avec un alginate, comme le médicament Gaviscon, aident au contrôle du RGO quand celui-ci reste modéré. Pour une efficacité complète du médicament, celui-ci doit être pris après le repas.

Les antisécrétoires gastriques

Ces médicaments font partie de la prise en charge thérapeutique du RGO quand celui-ci devient fréquent, s'accompagne de douleurs, et augmente en sévérité. Un traitement par antisécrétoire gastrique est initié par le médecin traitant ou par un gastro-entérologue. Cette famille de médicaments se compose des anti-H2 et des Inhibiteurs de la pompe à protons, ou IPP. Les anti H2 agissent au niveau des récepteurs à l'histamine, et ils stoppent la sécrétion acide en se fixant aux récepteurs H2 de la cellule gastrique. Ces traitements sont efficaces sur les symptômes du reflux gastrique, mais la cicatrisation de la muqueuse de l'œsophage peut rester incomplète malgré le traitement. Les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP), bloquent la pompe H+/K+ATPase de la cellule pariétale de l'estomac, pendant 24 heures. Les IPP sont plus efficace que les anti H2, en particulier dans le traitement des inflammations de l'œsophage sévères, et permettent ainsi une meilleure cicatrisation de la muqueuse œsophagienne. Les symptômes et notamment les brûlures de l'estomac sont également soulagés par l'utilisation des IPP. Autre bénéfice, l'efficacité des inhibiteurs de la pompe à protons se maintient dans le temps, et s'utilise donc en entretien du RGO. Il existe différentes spécialités et molécules d'inhibiteurs à protons, notamment l'oméprazole (Mopral°) ou l'esoméprazole (Inexium). Les effets indésirables les plus fréquents des inhibiteurs de la pompe à protons sont les nausées, les ballonnements et les maux de têtes. Ces effets secondaires sont généralement temporaires et disparaissent au cours du traitement.

Conseils et alimentation

De bonnes habitudes peuvent soulagées les remontées acides et les symptômes de brûlures gastriques : surélever la tête du lit, patientez au moins trois heures après les repas avant le coucher, évitez le port de vêtements serrés. Ces habitudes réduisent le risque de RGO. Certaines règles alimentaires améliorent la qualité de vie et les symptômes du reflux gastrique. Il est important de réduire les aliments qui ralentissent la vidange gastrique, notamment les graisses et l'alcool. Afin de réduire l'acidité, limitez la consommation d'aliments acides comme les agrumes ou les tomates, les plats aux épices ou les boissons gazeuses, qui provoquent des ballonnements. Certains aliments comme le café ou le chocolat peuvent accentués les symptômes du reflux gastro-œsophagien. D'autres facteurs peuvent contribuer à stimuler un RGO, comme le stress ou le tabac,.

De A à Z

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ils permettent certaines fonctionnalités comme par exemple la sauvegarde de votre panier. En savoir plus