Constipation

La constipation est définie par la difficulté qu’a une personne à évacuer ses selles. On fait autant référence au temps qu’il faut pour évacuer, qu’à l’espacement entre deux selles. Il faut savoir que la fréquence entre les selles est très variable en fonction des personnes. Cela peut aller de quelques fois par jour, à quelques fois par semaine seulement. On dit qu’une personne est constipée si elle va moins de trois fois par semaine aux toilettes. Mais deux fois par semaine peuvent aussi être l’état normal d’une personne en bonne santé.

C’est surtout aux autres symptômes qu’il faut se fier. En cas de constipation, les selles sont en fait bloquées. Elles peuvent être bloquées à deux endroits, dans l’intestin (elles ne progressent pas), ou dans le rectum (elles ne sont pas expulsées). La difficulté à expulser est déjà plus significative. Quand les selles sont expulsées, elles sont généralement petites et de consistance assez solide. Le symptôme souvent associé à ce phénomène est le ballonnement, comme la matière organique stagne, elle a tendance à produire des gaz. Des douleurs au niveau du ventre sont aussi possibles. Ce symptôme s’accompagne souvent de ballonnements.

Les causes de la constipation peuvent être assez diverses. La déshydratation est un bon exemple car l’organisme absorbe l’eau des selles pour pallier au manque. Résultat, les selles restent plus facilement bloquées. Une mauvaise hygiène de vie, alimentation pauvre en fibres et pas assez d’activité physique peuvent aussi être responsables de constipation. Il y a aussi des médicaments qui peuvent provoquer des constipations, dont certains d’usage assez courant. On peut citer les opioïdes, les antihistaminiques, plusieurs médicaments contre la tension, ou encore des produits contre le cholestérol (statines).
Certaines maladies neurologiques peuvent aussi altérer le fait d’aller à la selle normalement. Généralement, elles perturbent le fonctionnement normal des muscles de l’intestin et du rectum, la personne ne ressent plus le besoin d’aller aux toilettes. On parle là de constipation chronique.

Une constipation reste un épisode de courte durée sans réelle complication. On peut quand même noter que les difficultés à déféquer ont tendance à augmenter le risque d’une crise d’hémorroïdes. Mais la complication la plus à craindre est la formation d’un bouchon qui entraînerait une occlusion intestinale. Le bouchon peut devenir tellement sec qu’on dirait un solide, on nomme ça un fécalome. Dans tous les cas, une occlusion intestinale est une urgence médicale.

Les médicaments pour lutter contre la constipation sont les laxatifs. On peut les regrouper dans deux grandes familles : les laxatifs doux et les laxatifs actifs.

Les laxatifs doux agissent en altérant la consistance des selles. Leur action est purement physique, et ils peuvent être utilisés sur une longue période. On compte parmi eux les laxatifs osmotiques comme Macrogol, le Lactulose, ou le Transipeg. Ils provoquent l’arrivée d’eau dans les intestins et ramollissent les selles. Il y a aussi les laxatifs de lest comme le Normacol en sachet. Ils apportent des gels ou des fibres qui augmentent le volume des selles et les rendent plus molles. Leur effet est long à se faire ressentir, généralement le lendemain.

Les laxatifs actifs agissent eux en stimulant directement l’intestin ou le rectum, le forçant à se contracter. Ce sont des laxatifs d’urgence, qui agissent rapidement, mais qu’il faut absolument prendre sur la durée la plus courte possible. En effet, il est possible de devenir dépendant à ce type de laxatif ! En les utilisant trop, le corps perd sa capacité à expulser les selles de lui-même, et vous devenez obligés d’utiliser ces laxatifs pour aller aux toilettes. Vous devenez constipés d’avoir trop pris de laxatifs. Parmi les laxatifs on a ceux qui sont pris par voie orale comme le Contalax, ou encore le Modane. Ils sont utilisés pour une constipation intestinale. Il y a aussi ceux qui se prennent par voie rectale comme le Dulcolax suppositoire, ou les suppositoires à la glycérine. Ils sont utilisés en cas d’accumulation dans le rectum.
Total
Affinez votre recherche
Mode d'administration :
Est un générique ?
Constipation La constipation est définie par la difficulté qu’a une personne à évacuer ses selles. On fait autant référence au temps qu’il faut pour évacuer, qu’à l’espacement entre deux selles. Il faut savoir que la fréquence entre les selles est très variable en fonction des personnes. Cela peut aller de quelques fois par jour, à quelques fois par semaine seulement. On dit qu’une personne est constipée si elle va moins de trois fois par semaine aux toilettes. Mais deux fois par semaine peuvent aussi être l’état normal d’une personne en bonne santé. *** C’est surtout aux autres symptômes qu’il faut se fier. En cas de constipation, les selles sont en fait bloquées. Elles peuvent être bloquées à deux endroits, dans l’intestin (elles ne progressent pas), ou dans le rectum (elles ne sont pas expulsées). La difficulté à expulser est déjà plus significative. Quand les selles sont expulsées, elles sont généralement petites et de consistance assez solide. Le symptôme souvent associé à ce phénomène est le ballonnement, comme la matière organique stagne, elle a tendance à produire des gaz. Des douleurs au niveau du ventre sont aussi possibles. Ce symptôme s’accompagne souvent de ballonnements. Les causes de la constipation peuvent être assez diverses. La déshydratation est un bon exemple car l’organisme absorbe l’eau des selles pour pallier au manque. Résultat, les selles restent plus facilement bloquées. Une mauvaise hygiène de vie, alimentation pauvre en fibres et pas assez d’activité physique peuvent aussi être responsables de constipation. Il y a aussi des médicaments qui peuvent provoquer des constipations, dont certains d’usage assez courant. On peut citer les opioïdes, les antihistaminiques, plusieurs médicaments contre la tension, ou encore des produits contre le cholestérol (statines). Certaines maladies neurologiques peuvent aussi altérer le fait d’aller à la selle normalement. Généralement, elles perturbent le fonctionnement normal des muscles de l’intestin et du rectum, la personne ne ressent plus le besoin d’aller aux toilettes. On parle là de constipation chronique. Une constipation reste un épisode de courte durée sans réelle complication. On peut quand même noter que les difficultés à déféquer ont tendance à augmenter le risque d’une crise d’hémorroïdes. Mais la complication la plus à craindre est la formation d’un bouchon qui entraînerait une occlusion intestinale. Le bouchon peut devenir tellement sec qu’on dirait un solide, on nomme ça un fécalome. Dans tous les cas, une occlusion intestinale est une urgence médicale. Les médicaments pour lutter contre la constipation sont les laxatifs. On peut les regrouper dans deux grandes familles : les laxatifs doux et les laxatifs actifs. Les laxatifs doux agissent en altérant la consistance des selles. Leur action est purement physique, et ils peuvent être utilisés sur une longue période. On compte parmi eux les laxatifs osmotiques comme Macrogol, le Lactulose, ou le Transipeg. Ils provoquent l’arrivée d’eau dans les intestins et ramollissent les selles. Il y a aussi les laxatifs de lest comme le Normacol en sachet. Ils apportent des gels ou des fibres qui augmentent le volume des selles et les rendent plus molles. Leur effet est long à se faire ressentir, généralement le lendemain. Les laxatifs actifs agissent eux en stimulant directement l’intestin ou le rectum, le forçant à se contracter. Ce sont des laxatifs d’urgence, qui agissent rapidement, mais qu’il faut absolument prendre sur la durée la plus courte possible. En effet, il est possible de devenir dépendant à ce type de laxatif ! En les utilisant trop, le corps perd sa capacité à expulser les selles de lui-même, et vous devenez obligés d’utiliser ces laxatifs pour aller aux toilettes. Vous devenez constipés d’avoir trop pris de laxatifs. Parmi les laxatifs on a ceux qui sont pris par voie orale comme le Contalax, ou encore le Modane. Ils sont utilisés pour une constipation intestinale. Il y a aussi ceux qui se prennent par voie rectale comme le Dulcolax suppositoire, ou les suppositoires à la glycérine. Ils sont utilisés en cas d’accumulation dans le rectum.

De A à Z