Total

Conseils : Mauvaise haleine

Haut

 

Définition

 

La mauvaise haleine, ou de son nom médical « halitose », est définie par le fait d’avoir une haleine dont l’odeur sent mauvais, à différents degrés. C’est généralement le comportement des autres personnes importunées par l’odeur qui fait que l’on découvre que l’on souffre de la mauvaise haleine. En effet nous sommes rarement gênés par nos propres odeurs. Cette atteinte peut avoir de très fortes répercussions psychologiques et sociales. En effet, considéré comme « sale » et synonyme de mauvaise hygiène, les personnes qui en souffrent hésitent à en parler, même à leur médecin. Et pourtant les causes de la mauvaise haleine peuvent être facilement explorées, et des mesures qui ne sont pas nécessairement complexes peuvent être prises pour lutter contre.

 

Causes et diagnostic

 

Il faut savoir que l’halitose est très répandue : on estime qu’entre 25 et  50% de la population est touchée, que ce soit par un épisode occasionnel ou de manière chronique. La méthodologie qui permet de dépister l’halitose est bien précise et demande un peu de préparation dans les 48 heures précédentes. Considérée comme fiable, cette méthode permet en fait d’évaluer la puissance de l’odeur, mais pas nécessairement la cause. Elle reste tout de même subjective puisqu’il s’agit d’évaluer une odeur.

L’origine de la mauvaise haleine provient de la bouche dans la quasi-totalité des cas (85-90%). Elle est liée au dégagement de composés soufrés volatiles, par des bactéries naturellement présentent dans la bouche lors de la dégradation de protéines provenant :

- de la salive

- de l’alimentation

- des cellules de la bouche

Ces bactéries se nichent dans les replis de la langue, dans des caries, au niveau des gencives, de cavités mal rebouchées, ou tout autre endroit pouvant permettre une accumulation de matière qui favoriserait la prolifération des bactéries.

Les autres causes connues sont l’alimentation (café, ail, oignon, beaucoup de protéines), sécheresses de la bouche, ou encore différentes pathologies comme une sinusite chronique, des atteintes respiratoires ou digestives, le diabète ou une maladie rénale chronique.

 

Différents types d’halitoses

 

On distingue plusieurs formes d’halitoses :

- une « halitose vraie » avec une mauvaise haleine marquée, des répercussions sur l’entourage et une cause identifiable. Cette dernière a souvent pour origine un souci de santé, et ne disparaîtra pas tant que le souci n’aura pas été réglé. L’halitose peut être buccale (la cause se trouve dans la bouche) ou extrabuccale (la cause se trouve dans une autre partie du corps)

- la « pseudo-halitose » où la personne ressent une très forte gêne et qu’elle est persuadée d’avoir une mauvaise haleine alors qu’aucune odeur particulière n’est repérée

- l’halitophobie, elle, est diagnostiquée lorsque, malgré la mise en œuvre de traitements qui font disparaitre les odeurs désagréables, le patient continue d’être persuadé qu’il a une mauvaise haleine, au point de lui rendre la vie impossible. C’est un trouble un peu irrationnel qui relève là pleinement de la psychiatrie

Nous ne parlons pas ci-dessus de toutes les mauvaises haleines, car certaines d’entre elles sont physiologiques et donc normales :

- la mauvaise haleine au réveil : elle est due au fait que le système de salivation est réduit la nuit, or, comme la salive régule la quantité de bactérie, et que ces dernières se développent mieux dans une bouche sèche, après une nuit votre bouche contient plus de bactéries, d’où l’odeur. Le simple fait de se remettre à saliver normalement fait disparaître cette odeur assez rapidement, ce qui explique pourquoi elle disparaît presque instantanément après le petit-déjeuner.

- La mauvaise haleine après avoir mangé : directement liée à ce que vous avez mangé, elle apparaît en fonction de certains aliments (ail, par exemple), et, pareillement à la mauvaise haleine du matin, elle disparaît vite.

- Entrent aussi toutes les situations occasionnelles qui peuvent favoriser temporairement la sécheresse buccale et le développement des bactéries, le plus souvent au niveau de la langue. Dans ces cas-là, la mauvaise haleine est une gêne inconvenante qui dure quelque temps mais qui disparaît là aussi, d’elle-même. Le tabac est une des causes de sécheresse buccale.

 

Traitement

 

Toutes ces formes d’halitoses se traitent différemment de par leurs différentes causes et origines. Mais toutes ont comme traitement de base : l’hygiène bucco-dentaire. En effet une bonne hygiène de la bouche, permet non seulement de se débarrasser rapidement des halitoses physiologiques, mais aussi de prévenir leur apparition, et de limiter le développement de bien des situations pouvant engendrer une pathologique buccale. Un renforcement de l’hygiène dentaire est aussi utile dans la pseudo-halitose et dans l’halitophobie, pour tenter de montrer au patient qu’il prend soin de lui comme il faut et qu’il n’a plus à craindre la mauvaise haleine (qu’il n’a en fait jamais eu ou dont il a déjà et débarassé).

Mais en dehors des halitoses physiologiques et de la pseudo-halitose, toutes les autres nécessitent, en plus d’une bonne hygiène buccale, des traitements qui sont le domaine de spécialistes :

- chirurgiens-dentistes pour les halitoses pathologiques buccales

- spécialistes adaptés à la pathologie en cause pour les non buccales

- psychologues ou psychiatres pour l’halitophobie.

 

Hygiène buccale

 

On ne le redira jamais assez, mais un brossage de dents régulier est la manière la plus simple et la plus efficace de maintenir  une bonne hygiène de la bouche. Un bon entretien des dents correspond à 2 à 3 brossages de 3 minutes par jour, en n’oubliant aucune face des dents et en brossant les gencives à la base des dents. Afin de lutter contre la mauvaise haleine, n’oubliez pas non plus de brosser votre langue ! Pensez également à utiliser une brosse à dent et un dentifrice adapté à votre condition. Il est à noter que la dureté d’une brosse n’est pas nécessairement ce qui influe le plus sur la qualité du brossage, les brosses douces ou souples nettoient d’une manière tout aussi satisfaisante que les brosses dures.

Elmex Ortho Brosse à Dents Souple
Elgydium Blancheur Brosse à Dents Souple
Colgate Brosse à Dents Electrique 360°

Meridol Halitosis Dentifrice Haleine Sure 75 ml
Cattier Dentifrice Dentargile à l'Huile Essentielle de Menthe 75 ml

Pour compléter l’hygiène des dents, les brossettes et le fil dentaire sont parfaitement indiqués pour enlever les débris que la brosse n’aurait pas pu retirer, et donc éviter la formation d’accumulation de matière qui favoriseraient le développement des bactéries.

GUM Brossette Interdentaire 1512 1.2 mm x 4
GUM Flosbrush Automatic Port-fils + Fil Intégré Ciré 250 Utilisations
Inava Brossettes Trio Compact N°2 Etroites Mixtes (2 manches + 6 têtes)
  

Il existe aussi un ustensile qui peut être très utile pour limiter la mauvaise haleine : le gratte langue. En effet, la langue est un lieu de prolifération préférentiel des bactéries, et en racler la surface permet d’éliminer la couche superficielle où les bactéries se développent.

GUM HaliControl Gratte-langue Double Action
  

Enfin, un bain de bouche, de préférence anti-bactérien est un complément à l’hygiène buccal très intéressant qui permet de limiter la prolifération de bactéries et donc de la mauvaise haleine.

Meridol Halitosis Bain de bouche 400 ml
CB12 Bain de Bouche 500 ml
Listerine Bain de Bouche Fraîcheur Intense 500 ml

 

Aides au quotidien

 

Buvez suffisamment. Une bouche sèche est une condition qui favorise le développement des bactéries. De plus, sachez qu’il y a certains aliments à éviter comme l’ail, l’oignon, le thé, le café ainsi que les aliments riches qui contiennent beaucoup de protéines, qui créent des odeurs d’origine digestive cette fois.

 

Voici, quelques produits qui pourront vous être utiles :

GUM HaliControl Haleine Pastilles Arôme Cassis Mentholé x 10
Oropur une Haleine Sûre x 50
Ha! Spray Haleine Fraîche et Durable Goût Menthe 15 ml

 

Sachez qu’il existe aussi des produits, méthodes ou astuces qui, à défaut de guérir la mauvaise haleine, peuvent la masquer :

- Les chewing-gums : on y pense en premier lieu, bien qu’ils ne font que temporairement masquer l’odeur, ont aussi un second intérêt qui est celui de faire mastiquer et donc de sécréter de la salive qui hydrate la bouche et limite la prolifération de bactéries

- Les pastilles à sucer (de préférence sans sucre) : elles masqueront en premier lieu l’odeur, et  favoriseront la salivation

- Le persil : cette plante, tout à fait reconnue pour lutter contre la mauvaise haleine, peut aider à faire disparaître rapidement les halitoses physiologiques. En effet, en cas de mauvaise haleine vous pouvez directement mâcher du persil frais pour aider à la purifier.

- Le clou de girofle : c’est la plante de la santé des dents depuis la médecine chinoise. Mâcher un clou de girofle est très bon pour la bouche en général

- Le thym : un des plus puissants anti-infectieux naturel. Bien que très utilisé pour la sphère respiratoire, il a une véritable efficacité pour lutter contre les bactéries responsables de la mauvaise haleine. Il est à utiliser en infusion ou décoction

- La menthe : pareillement, c’est un très bon antiseptique. A l’odeur reconnaissable et agréable, cette plante trouve sa place dans la lutte contre la mauvaise haleine, que ce soit sous forme fraîche, ou infusée. Elle est d’ailleurs présente dans beaucoup de produits contre la mauvaise haleine

- La cardamone, le fenouil ou l’aneth : directement sous forme de graines à mâcher, ils sont aussi très utiles pour purifier l’haleine

- La cannelle : antiseptique et antioxydant, sucer des bâtons aide également à lutter contre la mauvaise haleine.

 

Sachez que les huiles essentielles issues de ces plantes peuvent aussi vous aider à lutter contre la mauvaise haleine. Il faut cependant être prudent, ce sont des produits très concentrés, qui obéissent à certaines règles à savoir au moins les suivantes : ne jamais utiliser chez la femme enceinte ou allaitante, chez l’enfant de moins de 6 ans, et avec beaucoup de précautions chez l’épileptique, l’asthmatique, et l’insuffisant rénal. Et de plus le traitement se doit d’être court.

 

Voici quelques exemples d’utilisations :

Huile essentielle de menthe poivrée : 1 goutte sous la langue 3 fois par jour, au-dessus de 12 ans

Phytosun Aroms Huile Essentielle Menthe Poivrée 10 ml

Huile essentielle de Tea tree/arbre à thé : 2 gouttes sur un support neutre 3 fois par jour

Phytosun Aroms Huile Essentielle Tea-tree 10 ml

Huile essentielle de girofle : 1 goutte sur un support neutre 3 fois par jour

Phytosun Aroms Huile Essentielle Girofle Clous 10 ml


Retour au sommaire des conseils de LaSante.net