Total

Conseils : BPCO ou broncho-pneumopathie chronique obstructive

Haut

La Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive ou "BPCO" est classée par l’OMS au quatrième rang des maladies les plus meurtrières, derrière la crise cardiaque, le cancer et l’accident vasculaire cérébral. On l'appelle également parfois "l'inconnue meurtrière". Elle touche 44 millions de personnes dans le monde, soit entre 5 et 10 % de la population. En France, 3,5 millions de personnes sont atteintes de la BPCO, dont 100 000 malades sous la forme sévère qui nécessite une assistance respiratoire à la maison.

De toutes les principales causes de mortalité dans le monde, la BPCO est la seule à connaître une expansion. Les raisons ? La montée du tabagisme dans les pays en développement et son maintien dans les pays industrialisés, ainsi que le vieillissement de la population !

Au sommaire :

Qu’est-ce que la BPCO ?

La BPCO est une maladie qui se caractérise par une obstruction progressive mais pas totalement réversible des voies respiratoires. Ce rétrécissement des voies respiratoires est généralement progressif. C'est le résultat d'une réaction inflammatoire pathologique liée à l’inhalation de particules et de gaz toxiques (la fumée de cigarette principalement). C'est pourquoi les fumeurs sont particulièrement touchés. La BPCO peut être traitée mais ne peut être guérie.

La BPCO inclut la bronchite chronique et l’emphysème. La bronchite chronique est caractérisée par une inflammation chronique et un rétrécissement des voies respiratoires - on observe une altération de la couche protectrice des voies respiratoires et des petits poils qui éliminent les glaires des voies respiratoires. L’emphysème est une détérioration progressive des alvéoles pulmonaires et de leurs parois. Les poumons perdent en élasticité et au moment d'expulser l'air lors de la respiration, celui-ci reste partiellement emprisonné dans les poumons.

Quels sont les symptômes de la BPCO ?

Les principaux symptômes de la BPCO sont : 

  • la toux (toux des fumeurs, toux chronique)
  • les expectorations (rejets de sécrétions)
  • l’essoufflement

La difficulté à respirer apparait généralement plus tardivement. Cette gêne est essentiellement liée à l’effort. Elle s’aggrave avec les années parallèlement à la progression de la maladie. 

Les patients ne sont souvent plus en état de vaquer à leurs occupations quotidiennes ou de parcourir même une brève distance. Plus tôt le diagnostic et la décision de traitement seront pris – avec l’arrêt du tabagisme comme absolue priorité -, plus le pronostic du patient sera favorable.

Comment diagnostiquer la BPCO ?

On suppose que 50% ou plus des personnes atteintes de la BPCO dans le monde ne sont pas diagnostiquées.

En répondant aux questions suivantes, il vous est possible de vérifier si vous présentez ou non les signes d’une possible BPCO.

1. Toussez-vous régulièrement ?

2. Avez-vous régulièrement des expectorations ?

3. Etes-vous plus rapidement essoufflé(e) que la plupart des personnes de votre âge ?

4. Avez-vous plus de 40 ans ?

5. Etes-vous fumeur ou ex-fumeur ?

Si vous avez répondu par l’affirmative à trois de ces questions ou plus, consultez votre médecin pour savoir si vous présentez une BPCO et si vous devez effectuer une spirométrie (un simple test respiratoire sans douleur). En cas de dépistage précoce de la BPCO, certaines étapes vous permettront d’éviter l'altération progressive des poumons. Vous vous sentirez dès lors en meilleure forme !

Quels sont les principaux facteurs de risque de la BPCO ?

La BPCO touche principalement les fumeurs ou les ex-fumeurs: dans 80 à 90% des cas, le tabagisme demeure la principale cause. Mais tous les fumeurs ne développent pas forcément une BPCO... Il est généralement établi que plusieurs facteurs génétiques déterminent également le risque de développer une BPCO.

L’exposition à certaines substances chimiques (par exemple certains solvants) augmente les risques de contracter la maladie et peut renforcer l’effet nocif du tabagisme. 

Quelle est la différence entre la BPCO et l’asthme ?

L’asthme est une affection inflammatoire chronique des voies respiratoires qui est caractérisée par des phases périodiques de rétrécissement des voies respiratoires et d’essoufflement. En dehors de ces crises, la respiration du patient asthmatique est normale. 

En cas de BPCO par contre, le rétrécissement des voies respiratoires est permanent. Le sujet connaît une sensation d’essoufflement au quotidien. 

Traitement de la BPCO

Les traitements permettent de soulager le patient au quotidien en traitant les symptômes et en évitant que la maladie ne progresse trop rapidement. Comme on l'a dit, il ne permet malheureusement pas de soigner la BPCO puisqu'elle est incurable.

La première mesure à prendre et la plus importante est l'arrêt total de la consommation de tabac. Pour cela, vous pouvez utiliser des substituts nicotiniques et suivre nos conseils afin que le sevrage soit plus facile. 

Des bronchodilatateurs à longue durée d’action sont fortement recommandés pour les patients souffrant de BPCO modérée à très sévère. Ils permettent de dilater les voies aériennes et de limiter la sensation d'essoufflement. 

Des corticoïdes par inhalation sont également prescrits à certains patients pour les aider à lutter contre l'inflammation des bronches.

Enfin, des programmes de réhabilitation permettent d'augmenter la qualité de vie et la tolérance à l’effort tout en améliorant les symptômes de dyspnée (essoufflement) et de fatigue. Ils impliquent généralement la formation aux exercices, un support psychologique, des conseils nutritionnels et l'éducation du patient. Ces derniers peuvent également avoir recours à de la kinésithérapie respiratoire.


Retour au sommaire des conseils de LaSante.net

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ils permettent certaines fonctionnalités comme par exemple la sauvegarde de votre panier. En savoir plus