Total

Conseils : Leptospirose

Haut

La leptospirose est probablement la zoonose la plus répandue dans le monde. Des cas sont régulièrement rapportés de tous les continents, excepté l'Antarctique ; ils sont particulièrement nombreux sous les tropiques.

Même les animaux asymptomatiques peuvent héberger de très nombreux micro-organismes (10 milliards par gramme) dans leurs reins. L'état de porteur peut se développer chez de nombreux animaux qui excrètent dans leurs urines des leptospires pendant des mois à des années.

Au sommaire :

Contamination

La contamination se fait par morsure mais le plus souvent par voie percutanée par simple contact hydrique (80%).

L'homme contracte la maladie par un contact direct avec l'urine ou des tissus d'un animal infecté ou indirectement par le sol, la végétation ou l'eau contaminée. Les portes d'entrée habituelles chez l'homme sont la peau abrasée, particulièrement des pieds, et les membranes muqueuses exposées telles que conjonctive et muqueuses nasales et buccales.

La leptospirose humaine survient à tout âge, en toute saison, et chez les deux sexes.

Symptômes

La forme typique : le début est typiquement brutal, avec une céphalée (mal de tête) habituellement frontale. De vives douleurs musculaires surviennent dans la plupart des cas. Les myalgies peuvent s'accompagner d'une très vive hyperesthésie cutanée (sensibilité accrue de la peau). Les frissons sont, au premier plan, suivis d'une ascension thermique rapide. 

Les formes graves associent une diminution des urines (ou une disparition) qui est le signe de l'insuffisance rénale, atteintes neurologiques et des hémorragies sérieuses ou bénignes (pulmonaires, digestives).

La période d'incubation qui suit l'immersion ou l'inoculation accidentelle au laboratoire va de 2 à 26 jours.

Evolution

La convalescence est longue mais généralement sans séquelles. La mortalité atteint toutefois 3 à 5 % des malades.

Les complications oculaires ( uvéites, irido-cyclite...) sont tardives ( 1 à 5 mois ) et guérissent généralement sans séquelles.

Traitement

Une antibiothérapie précoce est importante, car elle racourcit la durée de maladie et prévient le portage chronique. Pour un maximum d’efficacité, l’antibiothérapie doit être débutée au cours des 3 à 4 premiers jours de la phase initiale, mais un traitement plus tardif pour une atteinte sévère reste efficace. Dès la suspicion de leptospirose, un traitement par ampicilline intra-veineuse 1 g toutes les 6 heures doit être entrepris. Chez les patients moins sévèrement atteints, la doxycycline ou l’amoxicilline orale peuvent être utilisées.

Un traitement symptomatique est habituellement nécessaire et l’équilibration hydro-électrolytique et dialyse quand cela s’avère nécessaire.

La mortalité est plus élevée chez les patients qui développent un ictère et une insuffisance rénale aiguë oligurique. La mortalité est habituellement liée à l’insuffisance rénale et/ou au syndrome hémorragique. Le pronostic dépend également de la virulence du sérotype. La plupart des survivants récupèrent une fonction rénale normale dans les deux mois suivant l’épisode aigu, mais quelques patients conservent à distance des défauts de la concentration des urines. (source : Pr Thierry Hannedouche

Votre médecin est votre meilleur conseil

Sources :


Retour au sommaire des conseils de LaSante.net

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ils permettent certaines fonctionnalités comme par exemple la sauvegarde de votre panier. En savoir plus