Total

Conseils : Infarctus

Haut

L’infarctus du myocarde se produit lorsque l’une des artères coronaires du coeur se bouche. Ces artères apportent au muscle cardiaque le sang oxygéné nécessaire à la vie. Lorsque l'une de ces artères se bouche, une partie du myocarde n’est plus irriguée et peut mourir en quelques heures (nécrose des fibres myocardiques ou « infarctus »). Elle devient plus tard une cicatrice qui ne pourra plus participer à la fonction de pompe du cœur.

L’évolution ultérieure dépend de plusieurs choses :

- de la quantité de muscle perdue, et donc de la situation de la thrombose (caillot de sang qui obstrue l’artère)

- de l’artère coronaire atteinte

- de la rapidité et de l’efficacité du traitement administré par l’équipe médicale

Il est clair qu’un infarctus a une influence sur la capacité de conduction du cœur. Cette capacité (la manière dont se déroule la transmission des stimuli électriques dans le cœur) s’exprime entre autres par le Heart Rate Variability ou HRV : processus naturel de hausse et de baisse du rythme cardiaque en réponse à un effort, à la respiration humaine, à la pression sanguine, aux hormones et aux émotions.

De manière générale, on peut dire que lorsque tous les autres facteurs restent stables, plus le HRV est élevé et plus le cœur est solide. On comprend que si, suite à un infarctus, la capacité de conduction du cœur est entamée, il en résulte un HRV diminué.

Les symptômes de l'infarctus

L'infarctus est une urgence médicale qui doit être traitée le plus rapidement possible, sans quoi la mort du patient est souvent inéluctable. C'est pourquoi il est important de connaître les symptômes pour pouvoir les reconnaître rapidement.

  • forte douleur dans la poitrine, sensation de compression ou serrement intense dans la cage thoracique
  • douleur continue qui peut s'étendre jusque dans l'épaule, le bras (gauche généralement) ou encore la mâchoire
  • douleur accompagnée d'angoisses, d'essoufflement, de pâleur ou encore de nausées

Les symptômes peuvent varier d'une personne à une autre et peuvent parfois être indolore. En cas de malaise, essoufflement soudain, sueurs inexpliquées ou encore nausées avec des sensations étranges ou douloureuses dans le bras gauche, composez le 15.

Infarctus : facteurs de risque

Il n’est pas possible d’influer sur certains des facteurs de risques, comme le sexe masculin ou les antécédents familiaux. Cependant, il en existe d'autres, qui permettent de diminuer les chances de faire un infarctus. Ce sont les facteurs modifiables.

Tabagisme

Le risque d'avoir un problème cardiaque est deux fois plus élevé chez les fumeurs que chez les non-fumeurs. Lorsqu’une personne arrête de fumer, le risque d’attaque cardiaque diminue rapidement, quel que soit le nombre de cigarettes qu’il ait fumé par jour.

Tension élevée

Il est capital de faire tomber une tension trop élevée. Une panoplie de mesures peut être nécessaire en complément à l’utilisation de médicaments : régime adapté, perte de poids, activité physique régulière et limitation de la consommation en sel.

Autres facteurs de risque modifiables

  • Alimentation riche en graisse / cholestérol 
  • Antécédents familiaux d’artériosclérose de l’artère coronaire 
  • Diabetes mellitus (diabète) 
  • Sédentarité (manque d’activité physique)
  • Obésité (surcharge pondérale) 
  • Stress

L'infarctus en France

L’infarctus reste l’une des principales causes de mortalité en France : chaque année, il affecte environ 120 000 personnes. Cela représente 330 victimes d'infarctus tous les jours. Un infarctus sur 10 entraîne le décès du patient dans l'heure. 15 % des infarctus entraîne le décès dans l'année suivant l'accident cardiaque.

Conséquences d’un infarctus 

  • L’infarctus tue une personne sur 10 dans l'heure suivant l'accident
  • Quand il ne tue pas, il réduit l’espérance de vie.
  • Un patient victime d’un premier infarctus encourt un risque élevé d’un deuxième infarctus. 

50 à 60% des décès consécutifs à un infarctus sont dus à une “mort subite cardiaque ” liée à des troubles du rythme cardiaque.

Qu’est-ce que la mort subite cardiaque , ou "Sudden Cardiac Death" ?

La mort subite cardiaque ("sudden cardiac death") se définit comme une « mort naturelle » d’origine cardiaque, précédée d’une perte de conscience soudaine, chez une personne pouvant être sujette à des troubles cardiaques, mais dont le décès est totalement inattendu. 

On estime que la mort subite est responsable d’environ 50% des décès d’origine cardiaque. 

La mort subite cardiaque n’est pas aléatoire :

  • La plupart des victimes souffrent d’un trouble cardiaque. 
  • 75% des victimes montrent des signes d’un infarctus antérieur.
  • 80% des victimes montrent des signes de maladies vasculaires coronaires. 

La mort subite cardiaque n’est pas un infarctus. L’infarctus est causé par un blocage de l’afflux sanguin vers le cœur. La mort subite est un dysfonctionnement du système qui coordonne les contractions musculaires ; elle met à l’arrêt l’action de pompe du cœur et la circulation du sang dans le corps.  


Retour au sommaire des conseils de LaSante.net

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ils permettent certaines fonctionnalités comme par exemple la sauvegarde de votre panier. En savoir plus